LE Greco 3/5 Tribulations de Crète à Tolède par Venise et Rome

Exposition Greco au Grand Palais du 16 octobre 2019 au 10 février 2020

  • 1/5 Visite de l’exposition avec Guillaume Kientz
  • 2/5 Conférence de l’exposition avec Chastel-Rousseau
  • 3/5 El Greco avec le Dossier de l’Art 273
  • 4/5 Déboires avec le Concile de Trente et l’Art
  • 5/5 Le Concile de Trente et les Arts de Marie Viallon

Découvrez El Greco avec le Dossier de l’Art 273

TRIBULATIONS D’UN PEINTRE GREC DE CRETE A TOLEDE.

  • 1541- 1567 Crète 1567-1570 Venise 1570- 1577 Rome
  • 1577-1585 l’Escurial 1585 à 1614 Tolède

1541- 1567 de Crète avant son départ pour Venise

Il semble qu’El Greco ait été formé dans sa ville natale en crète puisqu’il y est reçu maître-peintre en 1566.
Il est alors peintre d’icônes dans la tradition byzantine orthodox
e, aidé par son frère Manusso, de dix ans son aîné, qui veillera sur lui et le rejoindra plus tard à Tolède.
Greco maitrisait la perspective linéaire des lignes de fuite, perspective des peintres d’icônes dont le point de fuite est au niveau du spectateuret non au fond du tableau, et qui donne l’impression que l’image sort de son cadre.
Visible dans le portrait du cardinal Niño de Guevara

Depuis le XIIe siècle la Crète était sous la domination de la République de Venise.
Il fut de bonne heure au contact des patriciens de le Sérénissime et son départ pour Venise nous informe de son ambition de s’émanciper de la répétition routinière des modèles byzantins.
Depuis le XIIe siècle la Crète était sous la domination de la République de Venise et des membres de sa famille, comme son frère, étaient des serviteurs de la puissance vénitienne.

1567-1570 de Venise avant son départ pour Rome

A Venise, découvre la peinture de la renaissance. Il est séduit par les grands modèles, Titien, Tintoret et Véronèse.
On devine la forte impression produite par l’art puissant et tourmenté de Tintoret.

La Cène du Tintoret, 1592-1594, Venise, basilique San Giorgio Maggiore Tintoret
Une comparaison d’une des dernières grandes toiles de Tintoret, La Cène (1592-1594), avec l’œuvre de Léonard de Vinci de même sujet (1495-1498) permet de visualiser l’évolution des styles artistiques à la Renaissance entre la fin du xve siècle et la fin du xvie siècle.

 La plus célèbre peinture de Léonard de Vinci pour la période des années 1490 est La Cène 1495-1498 du couvent Santa Maria delle Grazie à Milan. 
Il ne fallait pas manquer d’ambition et de confiance pour venir se colleter à Venise avec l’un des des plus brillants foyers artistiques de l’histoire de la peinture européenne.

La Cène du Greco réalisée à l’âge de 27 ans à Venise en 1568.
Un couteau clairement orienté vers Judas est posé sur le rebord.

1570- 1577 de Rome avant l’Escurial

Après un voyage à Parme, arrive à Rome, voit l’œuvre du Corrège et du Parmesan et se met au service du cardinal Alexandre Farnèse en 1570.
C’est ainsi qu’il se lia à Fulvio Orsini, bibliothécaire du cardinal, qui devint son protecteur.
La Mise au Tombeau ou les versions du Christ chassant les marchands du Temple attestent des progrès accomplis au cours de ces années.

La présence à Rome de lettrés espagnols liés à Orsini peut aider à comprendre son choix d’aller s’établir en péninsule ibérique.

1577-1585 de l’Escurial avant Tolède

En 1579 Il arrive en Espagne sous Philippe II.
Il lui commande Le Martyre de Saint Maurice, destiné au palais de l’Escurial, mais le tableau, pas plus que La Sainte-Alliance, ne plaît au roi, ni à la Cour, ni à l’Inquisition, qui ne le trouvait pas assez fidèle à l’esprit du Concile de Trente.

1585 à 1614 Tolède

Tolède était la capitale intellectuelle, artistique, intellectuelle, littéraire et religieuse de l’Espagne, Madrid n’était rien, juste une résidence.
Le 18 mars 1586, Le Greco reçoit la commande de l’Enterrement du comte d’Orgaz pour léglise Santo Tomé de Tolède. Il y représente le mythe fondateur de Tolède et les portraits des nobles et autorités de la ville qui assistent au miracle de l’enterrement. En haut l’âme du défunt est accueillie au ciel.

El Greco meurt ruiné le 7 avril 1614 à Tolède

NOUS VOUS DONNONS RENDEZ-VOUS POUR LES DEBOIRES AVEC LE CONCILE DE TRENTE ET L’ART

  • 1/5 Visite de l’exposition avec Guillaume Kientz
  • 2/5 Conférence de l’exposition avec Chastel-Rousseau
  • 3/5 El Greco avec le Dossier de l’Art 273
  • 4/5 Déboires avec le Concile de Trente et l’Art
  • 5/5 Le Concile de Trente et les Arts de Marie Viallon

Webographie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *