3/3 Le GRECO : pas assez fidèle avec le Concile de Trente

Exposition Greco au Grand Palais du 16 octobre 2019 au 10 février 2020

  • 1/3 Exposition GRECO (1541-1614) au Grand Palais ·
  • 2/3 De Crète à Tolède par Venise et Rome ·
  • 3/3 Déboires avec le Concile de Trente et l’ART (1563)

Concile de Trente 1563

En 1579 Il arrive en Espagne sous Philippe II.
Il lui commande Le Martyre de Saint Maurice, destiné au palais de l’Escurial, mais le tableau, pas plus que La Sainte-Alliance, ne plaît au roi, ni à la Cour, ni à l’Inquisition, qui ne le trouvait pas assez fidèle à l’esprit du Concile de Trente.

Lors de ce concile, point de départ de la Contre-Réforme dans les pays catholiques, il fut décidé de mettre désormais au premier plan de l’art, les aspects mystiques et surnaturels : dans le tableau du Greco le martyre du saint est au second plan, peu lisible.
 
En 1563 on aborde enfin la question du caractère sacré des images, savoir si elles doivent être vénérées pour ce qu’elles représentent ou si elles doivent être vénérées pour elles-mêmes.
De manière expéditive il est décidé d’en rester à la première opinion.
 
Le tribunal de l’Inquisition de Venise convoque Véronèse, le 18 juillet 1573, pour son tableau « La sainte cène » pour lui reprocher des personnages qui ne sont pas cités dans les écritures.
Condamné à modifier son tableau dans les trois mois il est renommé « Un repas chez Lévi »

Pour télécharger clic sur « Le concile de Trente et l’Art.pdf »

Webographie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

fr_FRFrench